Une nouvelle étape est franchie vers une stratégie culturelle estrienne

Sherbrooke, 14 janvier 2016 – Le 12 janvier 2016, lors du Forum des États généraux des arts et de la culture en Estrie, qui s’est tenu au Cégep de Sherbrooke, le milieu culturel estrien et ses partenaires du milieu des affaires, de l’éducation, de la santé, du monde municipal, du tourisme et des médias ont franchi une autre étape, cette fois déterminante du processus d’élaboration et de mise en place d’une stratégie culturelle régionale. Les discussions et les votes indicatifs des personnes participantes ont fait ressortir des éléments faisant consensus dans le milieu. Ils guideront d’ailleurs les différents acteurs du développement régional au cours des prochaines années et ils viendront renforcer la crédibilité, la visibilité et l’apport des arts et de la culture comme vecteur de développement durable.

La mise en œuvre d’éléments de la stratégie culturelle commence dès maintenant et ses avancées dépendront de la volonté des Estriennes et des Estriens à prendre en charge les propositions émises lors du Forum, une première en Estrie. Une tâche importante attend le Conseil de la culture de l’Estrie, soit celle d’identifier des organismes porteurs des pistes d’actions retenues, de mettre sur pied et de soutenir des comités de mise en oeuvre.

Pour lire la suite, cliquez ici.

États Généraux : inscription au forum du *NOUVELLE DATE* mardi 12 janvier 2016

Le Forum des États généraux des arts et de la culture de l’Estrie
se tiendra le mercredi 28 octobre
MARDI 12 JANVIER 2016 *NOUVELLE DATE*
prochain, de 8h30 à 16h,
au Pavillon 3 du Cégep de Sherbrooke.

Une invitation à être un artisan
de la future Stratégie culturelle estrienne.

Confirmez votre participation via
FORMULAIRE D’INSCRIPTION

« Depuis plusieurs années, nombreux sont
les artistes à se soucier de leur avenir en région »

Angèle Séguin, présidente des États Généraux des arts et de la culture de l'Estrie
Angèle Séguin, présidente des États Généraux des arts et de la culture de l’Estrie

Chers artistes, collaborateurs, partenaires, travailleurs culturels, amoureux et amis des arts,

Depuis des décennies, l’Estrie est reconnue comme un terreau fertile d’artistes qui, inspirés par leur coin de province, ont créé des œuvres au rayonnement régional, national et international. Néanmoins, depuis plusieurs années, nombreux sont-ils à se soucier de leur avenir en région. Faute de moyens financiers adéquats, nous assistons à des départs répétés de nos collègues qui aspirent à dépasser le seuil de la survie; ils souhaitent, à juste titre, pouvoir pousser plus avant leur pratique et bénéficier d’une plateforme de diffusion pour leurs œuvres. Voilà ce qui explique, dans un contexte de développement difficile, ce pourquoi plusieurs de nos artistes quittent la région. La plupart d’entre eux ne reviendront plus. Peut-on les en blâmer? La situation est encore plus incertaine pour celles et ceux qui ont choisi de pratiquer leur art dans leur municipalité, un peu partout sur le territoire estrien.

« À l’heure où la nécessité d’une vie culturelle riche et signifiante pour la communauté s’inscrit dans les différentes politiques culturelles, peu d’endroits peuvent se vanter d’avoir accès à une offre culturelle produite en Estrie diversifiée et significative. »

La reconnaissance de leur apport, tant auprès de leur communauté que de leurs pairs, s’ajoute aux soutiens financiers qui tardent à venir. Force est de constater que dans divers milieux, on ne comprend pas très bien leur travail. Qui plus est, on ne distingue pas toujours leur apport au rayonnement de leur communauté. Quant à la formation à l’artistique, trop peu de temps lui est encore dédié. Beaucoup de chemin reste donc à faire pour que les jeunes et les moins jeunes s’enrichissent d’un appétit pour les arts et la culture ou d’un réel intérêt pour s’y engager.

À l’heure où la nécessité d’une vie culturelle riche et signifiante pour la communauté s’inscrit dans les différentes politiques culturelles, et malgré des efforts consentis pour augmenter la reconnaissance des arts et de la culture, peu d’endroits peuvent se vanter d’avoir accès à une offre culturelle estrienne diversifiée et significative.

Tous ces éléments, conjugués les uns aux autres, éclairent la situation de plus en plus précaire des artistes chez nous. Face à ce constat où s’impose une recherche d’alternatives qui leur permettent, de même qu’aux organismes culturels, d’être mieux connus et reconnus, le Conseil de la culture de l’Estrie a enclenché en 2012 un grand chantier afin de doter la région d’une réelle Stratégie culturelle : Les États généraux des arts et de la culture de l’Estrie. Plus de 200 personnes de différents horizons y ont participé, toutes convaincues du potentiel des créateurs et des artistes de la région. Une mobilisation sans précédent. Malgré le contexte actuel, l’Estrie souhaite en effet leur offrir un terreau fertile et voir émerger des œuvres uniques.

« Afin de mettre de l’avant cette Stratégie culturelle estrienne forte et porteuse de sens, nous aurons besoin de bonifier certaines idées, de prioriser des pistes d’actions et, par-dessus tout, de sentir votre engagement à faire de notre région un territoire où la culture devient un maillon essentiel au développement de nos communautés. »

Le 28 octobre prochain, plus de trois ans plus tard, nous arriverons au point culminant de notre démarche. Avec le Forum des États généraux des arts et de la culture, nous voilà fins prêts à déposer des pistes d’action et les recommandations qui s’en suivent.

Afin de mettre de l’avant cette Stratégie culturelle estrienne forte et porteuse de sens, nous aurons besoin de bonifier certaines idées, de prioriser des pistes d’actions et, par-dessus tout, de sentir votre engagement à faire de notre région un territoire où la culture devient un maillon essentiel au développement de nos communautés.

Pour contribuer à la réalisation de ce plan d’action régional, votre présence est essentielle. Au plaisir de vous accueillir le 28 octobre MARDI 12 JANVIER 2016 *NOUVELLE DATE* prochain et, ensemble, de poursuivre le plein déploiement des arts et de la culture avec vous toutes et tous!

Angèle Séguin
Présidente des États généraux des arts et de la culture

Confirmez votre participation via
FORMULAIRE D’INSCRIPTION

Une rentrée chaude en arts et culture, par Sylvie L. Bergeron, présidente du Conseil de la culture de l’Estrie

En guise de salutations pour la rentrée, voici un texte publié dans le Carrefour aux opinions du quotidien La Tribune de ce samedi 22 août 2015.Une rentrée chaude en arts et culture

En 2012, le ministère de la Culture et des Communications déposait à l’Assemblée nationale son Agenda 21 de la culture. Pour les artistes et les travailleurs culturels, il s’agissait d’une levée de rideau qui allait accroître le rayonnement de la culture sur le territoire et à l’ensemble des secteurs socio-économiques.

Des grands principes de cette chartre, qu’en reste-il en 2015? La question se pose, alors que les conseils de la culture et plusieurs organismes nationaux et régionaux ont vu leur budget annuel amputer de cinq, dix ou quinze pour cent dans la foulée des mesures d’austérité du budget Leitao et Coiteux du printemps dernier.

Selon nous, travailleurs culturels et artistes, pour que la culture devienne une véritable courroie du développement durable de la société québécoise, il nous faut compter sur différents intervenants qui ont à cœur la santé financière de leur communauté, mais aussi le plein déploiement de leur identité culturelle.

Parmi ces acteurs de proximité, nous retrouvons les conseils régionaux de la culture. Ils cumulent plus de trente-cinq ans d’expériences et malgré des conditions parfois difficiles de réalisation de leur mandat, ils ont traversé plusieurs changements socio-politiques qui les ont imposés comme des experts-conseils de leur milieu. La reconnaissance publique des artistes reste au cœur de leurs actions, fondées sur la concertation, la mobilisation, la représentation et la formation. Préoccupés par le cycle écologique des arts et de la culture, ceux-ci disposent ainsi d’une vision pluridisciplinaire, ce qui leur permet de collaborer au développement stratégique de leur région respective.

Les États généraux des arts et de la culture que nous menons depuis trois ans, et qui culmineront le 28 octobre prochain, brossent déjà en arrière-plan certains enjeux en matière de développement culturel en Estrie.

Pour arriver à un état des lieux équitable et représentatif de la région, nous avons tenu des chantiers de travail, autour du financement public et privé de l’art, autour de la reconnaissance des arts et de la culture, de l’éducation à l’artistique, du virage numérique incontournable de nos pratiques en ce nouveau millénaire et d’une potentielle plateforme de services mutualisés pour les artistes et travailleurs culturels.

Si on excepte les autres dossiers sur la planche à dessin, mener à bien ces travaux s’avère déjà une victoire en soi. Il a réuni des centaines de bénévoles issus des secteurs névralgiques de la santé, du politique, des communications, de l’éducation, des affaires, des arts et du tourisme, qui ont tous à cœur le développement de la communauté.

De ces tables de réflexion, nous souhaitons dégager une vision forte et identitaire, afin que l’Estrie puisse se positionner au-delà des hauts faits des Fessenden, Foss, Gale, Bombardier et Barthomeuf, par exemple.

Malgré les changements confirmés dans la gouvernance des régions, entre autres par la disparition des conférences régionales des élus, avec la municipalisation des organismes de développement local (CLD) et les cures minceur imposées aux organisations sociocommunautaires et culturelles, nous n’en espérons pas moins une légitime reconnaissance du secteur des arts et de la culture.

Dans le domaine qui nous occupe, puisse l’Estrie rayonner de tous ses feux, en nous inspirant des travaux que nous avons consentis en cours d’année, et du lègue de nos fleurons culturels, d’hier et d’aujourd’hui pour demain. Il en va de notre identité culturelle en région!

Sylvie L. Bergeron,
Présidente du Conseil de la culture de l’Estrie
Août 2015

Appel d’avis dans le cadre des États Généraux des arts et de la culture de l’Estrie

Date limite : 30 juin 2015 à 17h00

Les États généraux des arts et de la culture de l’Estrie, dont le colloque se déroulera à l’automne 2015, visent le développement d’une stratégie culturelle estrienne qui rallie l’ensemble des intervenants régionaux. Les travaux préparatoires se sont articulés autour d’une large consultation des différents milieux artistiques et culturels estriens ainsi que de divers secteurs socioéconomiques estriens.

Le Conseil de la culture de l’Estrie souhaite compléter son processus de consultation par un appel d’avis. Vous êtes donc invité à bonifier la démarche de vos réflexions en participant à la séance de consultation du milieu culturel qui se tiendra durant l’après-midi du jeudi 11 juin 2015, ou encore en déposant un avis.

Vous pouvez le faire :

Documents reliés :

Jeudi 11 juin, 13h30 : consultation du milieu culturel dans le cadre des États Généraux

Consultation du milieu culturel

En route vers les États Généraux des arts et de la culture en Estrie

UNE ÉTAPE INCONTOURNABLE POUR LES ARTISTES ET LES TRAVAILLEURS CULTURELS DANS LE PROCESSUS EN VUE DES ÉTATS GÉNÉRAUX DES ARTS ET DE LA CULTURE

11 juin 2015 – au Musée Eaton-Corner (374 Rte 253, Cookshire-Eaton)

AM 38e assemblée générale annuelle9H : AGA du CCE au Musée Eaton-Corner à Cookshire-Eaton
Le dîner est offert aux participants qui restent avec nous toute la journée
PM Consultation du milieu culturel – En Route vers les États Généraux13H30 : L’après-midi de l’AGA sera réservé à une période de réflexion sur les pistes d’actions régionales proposées jusqu’à maintenant dans le cadre des consultations préalables au Colloque des États Généraux prévu pour l’automne.
FORMULAIRE D’INSCRIPTION EN LIGNE : WWW.CULTUREESTRIE.ORG/AGA